Semer les graines de l’entrepreneuriat

 

startupMadame, Monsieur,
Venez à la rencontre des startups les plus prometteuses avec des démonstrations en live 
et découvrez les solutions digitales de demain dans le Village des startups ! A Paris le CintQuatre, 5 rue Curial 75019 Paris où je serais ravie de vous rencontrer. Pour cela il suffit de pprendre RDV
par mail ou par télephone.
En attendant, je vous invite à consulter notre site.
Cordialement,
Félicité

 

Aujourd’hui, l’Etat consacre environ 22 milliards d’euros par an à la dépendance, un chiffre appelé à augmenter dans les prochaines années, et ce sont quelques 660 000 personnes âgées qui sont placées en institution avec un coût moyen de 2 500 € par mois (de 6 000 à 6 500 € par mois dans certains endroits). En 2050, on comptera 1 habitant sur 3 âgé de 60 ans et plus contre 1 habitant sur 5 en 2005. C’est-à-dire que nous compterons 22,3 millions de personnes âgées contre 12,6 millions en 2005. Cette situation nous interpelle. Comment développer de nouvelles formes de maintien à domicile pour les seniors ?...

En effet, selon une étude de la Direction de la Recherche des Etudes des Evaluations et des Statistiques ce sont 80 % des seniors qui souhaitent rester à domicile le plus longtemps possible. Mais pour se maintenir à son domicile encore faut-il le transformer. 

Comment passer du bâtiment au quartier et à la ville connectés ?
Une première réponse est de prendre exemple sur ce qui se fait de mieux dans les EHPAD. C’est-à-dire une garantie de sécurité qui rassure les occupants et leurs familles. Une autre réponse est de compléter cette « assurance » par « une digitalisation maîtrisée » du logement. Maîtrisée, parce qu’elle aura été pensée pour et avec les publics ciblés. Il s’agit d’optimiser les fonctions de domotiques améliorées et les équipements connectés pour adapter le logement aux besoins de prévention, de formation, de gestion des informations et des besoins, de suivi médical et d’offre de loisirs, pour chaque senior selon son niveau ou non de dépendance. Enfin, il faut poursuivre la qualité du service à la personne, depuis le repas jusqu’au suivi médical et à l’animation.

Un acteur majeur de cette transition vers l’habitat connecté est la S.A.S Quaternary Building. Cette société a vocation à réaliser l’association des compétences techniques, économiques et sociales au service du maintien à domicile. L’originalité de cette structure est d’unir dans « un écosystème ouvert » des acteurs qui vont « se connecter et converger » pour définir à la fois une infrastructure à l’échelle du quartier et une plateforme à l’échelle de la gestion des informations générées. Son objet est le maintien à domicile des seniors, et ses objectifs sont d’assembler les compétences des industriels (T.P.E, P.M.E), des collectivités, des chercheurs, des associations et des usagers pour les faire travailler autour d’un cahier des charges co rédigé. 

Quaternary Building est un incubateur d’innovations, qu’il s’agisse de la digitalisation des immeubles et des métiers du B.T.P ou d’efficience énergétique. Certes, le secteur du BTP est confronté à des problèmes de carnets de commandes, de financements et de rentabilité, mais si il est accompagné et si il trouve un lieu d’expérimentation soutenu par l’Etat, il pourra intégrer les innovations et les formations nécessaires à sa mutation. Une première réponse est de lui faire bénéficier d’un accompagnement digital complet dans les projets de constructions. Le groupe Lafarge intègre des puces RFID dans son béton pour des raisons de traçabilité et de qualité de son béton. Il sera possible demain de récupérer ces données à distance, de mesurer et de suivre sur une maquette numérique l’humidité des murs ou leur degré d’isolation. On pourra donc faciliter les travaux de rénovation tout au long de la durée de vie du bâtiment. Cette évolution correspond aux ambitions de Quaternary Building, parce qu’on y trouve toute la chaîne du B.T.P, de la petite entreprise au grand groupe. L’une de nos ambitions est d’accélérer l’innovation et d’en faire bénéficier nos entreprises, nos chercheurs et nos associations. Quaternary Building est une formidable ouverture pour l’initiative privée dans un projet industriel, économique et social à l’échelle de la ville. Depuis le 1er octobre, le consortium s’est constitué et regroupe près d’une quarantaine d’entreprises, de collectivités, de laboratoires, d’experts et de représentants d’usagers et d’associations de services à la personne. Des élus ont répondu présents pour accompagner les premières expérimentations dans leurs villes, départements et régions. Participer à Quaternary Building, c’est répondre aux enjeux du vieillissement, préparer son entreprise aux mutations du digital et être l’un des acteurs du futur label européen qui sera à terme rédigé par le consortium. 

Article rédigé par Hakim Chalane, directeur général  de la SAS Quaternary Building. Photo : dragonstock - Fotolia.com.

 

La loi s'articule autour de trois grands principes : libérer, investir et travailler. Au terme de plus de 400 heures de débats à l’Assemblée nationale et au Sénat, le projet de loi a été définitivement adopté le 10 juillet. Le 5 août le Conseil constitutionnel a validé la quasi-totalité de la loi ouvrant la voie à sa promulgation dès le lendemain par le président de la République. Elle va maintenant être mise en œuvre sans délai. Certaines dispositions vont s’appliquer immédiatement, comme l’ouverture des lignes d’autocars entre grandes villes, l’accélération des procédures devant les prud’hommes ou le nombre de dimanches où les commerces pourront ouvrir...

Découvrez les principale mesures de la loi Macron, cliquez ici

Selon Emmanuel Macron, ministre de l’Economie, c'est une loi pour créer et développer l’activité. Elle n’enlèvera rien à personne. Elle ouvre et simplifie au contraire de nombreux secteurs (professions réglementées du droit, commerce de détail, liaisons par autocars) et de nombreuses procédures (permis de conduire, grands projets d’aménagement, procédures collectives, prud’hommes, actionnariat salarié, changement de banque). Elle doit stimuler le financement de l’économie réelle grâce à l’investissement : cessions de participations publiques pour investir dans les priorités du Gouvernement, simplification et réorientation de l’épargne salariale, intéressement des salariés au capital de leur entreprise.

Améliorer concrètement et rapidement la vie des Français. Le ministre de l’Économie prendra le plus vite possible les ordonnances qu’elle prévoit et qui sont prêtes, ainsi que ses décrets d’application, dont la préparation est déjà engagée. Dès l'automne, de nouvelles lignes de cars pourront desservir l'ensemble du territoire, les entreprises et les ménages bénéficieront de très nombreuses simplifications, la transparence des péages et des concessions autoroutières sera renforcée, la procédure devant les prud’hommes sera plus claire et rapide, les tarifs des professions réglementées doivent pouvoir baisser.

Toujours selon le ministre, c’est une loi pour ceux qui ne font pas partie du système. Pour les jeunes et pour les plus fragiles, cette loi va renforcer ou sanctuariser l’accès à un certain nombre de droits réels, notamment : celui de pouvoir se déplacer sur tout le territoire ; celui d’exercer la profession pour laquelle on est formé et de pouvoir s’installer là où c’est nécessaire ; celui d’avoir accès à des biens ou à des services moins chers en augmentant l’offre commerciale ou la transparence des tarifs des  professions réglementées. Retrouvez le dossier sur les principales mesures de la loi à l'issue de son adoption définitive.

Découvrez les principale mesures de la loi Macron, cliquez ici

Photo : Copyleft.

Consultez les autres articles de cette rubrique